Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 novembre 2011 3 02 /11 /novembre /2011 20:22

 

 mes-images-03-copie-1.jpg Je suis au 4ème rang, le 10ème en partant de la gauche (en 1) en barboteuse blanche. J'avais 4 ans et j'arrivai de Mascara/Palikao. 

photo de classeVotre serviteur se trouve au 1er rang, le 3ème en partant de la gauche. Claude DAADOUN le 5ème sur la même ligne, N.GIMENEZ le 9ème. Au 2ème rang, Kadri DIDOUCH le 1er, René SANTIAGO le 4ème, J.Pierre POLANA Le 6ème, ? BARBERA le 8ème. 

kadri.jpg

Avec Kadri Didouch à droite, un de mes 3 meilleurs copains de Bel-Air de l'époque. Son frère Mohamed Didouche était lui, le meilleur copain d'un de mes frères. Comment pouvaient prétendre les médias métropolitains de l'époque, que les pieds noirs étaient des nantis/des négriers et les arabes des exploités, sinon, que nous étions tous des exploités !  Voir plus bas, mon frère et son frère sur une photo ! Kadri n'est plus aujourd'hui, je garde de lui, comme certainement tous mes camarades de Bel-Air, un souvenir de liberté et de camaraderie sans limite. mes images 04

En 1 = Alenda / en 2 = moa / en 3 = Alain Sanchez / en 4 = J.Pierre Polana / en 5 = Claude Daadoun / en 6 = René Santiago / en 7 = Kadri Didouch / en 8 = Noël Giménez / en 9 = Barbéra sur la même ligne/ en 10 = José Ayala. 

Les images 001

Bonjour les amis, les deux photos de gauche me représente...c'est sûr ! Pour celle de droite, je pense que mon blog a dû être piraté. Mais comme je ne maîtrise pas assez la technique du micro, je ne peux l'enlever. Il faudra que je m'y fasse, ne m'en veuillez pas. Ce mec a dû avoir un jour un moment de déprime...priez pour lui ! 

DSCN0004.JPG

                                             Une photo des plus récentes                             

anciens-transports.jpg

Le moyen de locomotion d'antan entre Oran et les plages côté fort Lamoune et Mers-El-Kébir à l'ouest.

ORAN-copie-2.jpg

                                              Autre vue d'Oran sous un autre angle

Santa-cruz.jpg

                             Santa cruz, le port d'Oran et la ville depuis le fort

SituationLesTrembles.jpg Village Les Trembles (entouré), Où est arrivé mon 1er Aïeul en 1860/1870 en provenance d'Espagne. Mon père, ci-dessous, est né à Sidi-Bel-Abbès. Il travailla la terres depuis l'âge de 10 ans à Er-Rahel, Rio Salado etc... Terminant son périple rural dans le secteur Mascara, Palikao, Cacherou et Téméznia.

mes-images-2-001.jpg

Mes chers parents lors de leur mariage. Des parents extrêmement méritant et dignes. Je trouve que mon père ressemblait un peu à Henri Fonda et ma mère à Régine jeune. 

images1

Mes parents, Andrée Dolores et Antoine Emmanuel (6 enfants),    des ouvriers agricoles. Des êtres exceptionnels de courage et d'abnégation, forgés comme tous les pionniers de la terre en Algérie à la rudesse de la vie. Ils ont su tranmettre avec intelligence leur excellente éducation à leurs enfants. Ils me manquent toujours.                   

Mon Grand Père Pédro

Mon grand père Manuel Pédro GARRIGOS. Un homme dur de la terre, comme le fut son fils/mon père Antoine Emmanuel.

vacances d'été 2011 espagne 126

Mes petits enfants, Amaury, Florian, Lorenzo et Célia en vancances en Espagne en 2011.

germaine, j.marc et georges rico Ma 3ème soeur, Germaine avec son fils Fernand et Georges avec un béret, un voisin. 

avec ma soeur en clown 014 Sur la route de Mascara en 2007 avec de gauche à droite, Fifine (belle-soeur de ma soeur Jacqueline), moi, un jeune vendeur de Keskes (ustensil sous forme de grand entenoir en fibre végétale), qu'on place rempli de semoule sur le couscoussier afin de cuire à la vapeur le couscous. Jacqueline ma 2ème soeur et Michel son mari. 

Avec la vierge 2008 194

Avec Anne-Marie mon épouse, en communion dans la crypte avec la vierge de Santa Cruz en 2008. 

Arzew 2007 158

 Sur la superbe place d'Arzew en 2007, avec Michel mon beau-frère et ma soeur Jacqueline.                  

Plage de l'hotel003

Vers la plage de l'Hôtel de Mers-El-Kébir en 2007 avec ma soeur Jacqueline. 

A.Sanchez 2

Retrouvailles de quelques anciens de l'école de Montplaisant en Juin 2011 après 50 ans sans se voir. De gauche à droite René SANTIAGO, Alain SANCHEZ, José BOTELLA, Serge LLedo, Antoine GRAMAGE le Canadien et moi. 

zolette

 Chez Hamani et Zoulette sa femme au quartier des Castors, lors de mon voyage à ORAN en 2009 pour interviewer et recueillir les mémoires de Hamani. 

Vide à la place de Sebban 2008 093

Terre-plein en 2008 de jadis où se trouvait mon immeuble et celui de l'épicerie de Mme Sebban.mes-images-001.jpg

L'équipe de football de Bel-Air, Roger mon frère est en 2, avant un match vers le "baranco" le terrain vague, près des fours à chaux désafectés (lieu de pélerinage des amoureux des environs), adjacent au stade officiel de la JSSE (Jeunesse Sportive de Saint Eugène).

 mes-images-002.jpg

Des copains de Bel-Air en villégiature vers les "Genêts". On reconnait en haut à gauche Mohamed Didouche (presque un frère pour Roger (Marcel) mon frère. A droite en haut Antoine Matéos, au milieu à droite Facemaz dit le tchato, à gauche mon frère lulu (Lucien) en bas à droite roger, mon frère. mes-images-006.jpg Au baranco (terrain vague) près de chez nous, avec debout à partir de la gauche, Jean Claude Alenda, Jean.Pierre Polana, René Santiago, Antoine Matéos avec déjà un micro, et Bachir avec les tambourins.  

mes-images-007.jpg

La bande de Bel-Air aux Sablettes à Arzew, avec à partir de la gauche......?, A. Matéos, Roger mon frère, Simon, Venzal. Je vous serez reconnaissant de m'indiquer s'il y a erreur de nom des personnages, merci.  

mes-images-008.jpg

          Bachir à droite et Antoine Matéos au baranco de Bel-Air.

un rêve d'être sécurisé par ces belles plantes 147

  A ORAN en 2007 sur la corniche. Ces 3 charmantes gazelles ne sont autres choses que.....des policières en civil qui nous sécurisaient lors de nos déplacements en car. Si vous les voyez un de ces jours, avec leur "petit sac", observez les, c'est une autre idée de ce qu'on s'imagine en matière de sécurité. Très discrètes, aimables et efficaces, très féminines, bref, impeccables et à revoir avec plaisir !

Un merveilleux couscous champêtre chez le père clément 1

Couscous offert en 2007 dans les allées du domaine agricole de jadis le père CLEMENT (prêtre agriculteur) à Misserghin, près d'Oran. C'est lui qui créa la célèbre clémentine en ces lieux. 

Rue Safrané 2008 125

Rue Safrané en 2007. Nous appercevons la mer au loin. Elle était belle notre bleue depuis notre quartier de Bel-Air.......!

Préaux école montplaisant 2008 143

En 2008, préau de notre école de Montplaisant, côté gauche où nous descendions (à côté d'autres escaliers qui montaient au 1er étage) en sous sol pour retrouver nos classes de fin d'études.

Place d'arzew 2008 030

                                     Superbe place d'ARZEW en 2007.

Place bel air descente vers Foguéra 2008 138

Place de Bel-Air côté droit, en descendant direction la maison rouge et le baranco, là où nous détruisions le moral de nos maman sen revenant en fin de journée avec nos habits déchirés et sales comme des poux, un baranco magique. Nous voyons au loin notre belle bleue. 

Mes images076

En 2008 lors de mon 1er voyage en Algérie, l'esplanade et les arcades derrière la vierge de Santa cruz. Un lieu religieux, symbôle des oranais pieds noirs où le public de l'Algérie d'aujourd'hui toujours friand, se plaît à visiter pour découvrir les vestiges de leurs prédécesseurs. 

imprimerie en place de canto 2008 395

  En 2007, anciennement l'épicerie de la famille Canto rue Safrané, transformée en imprimerie jouxtant jadis le salon de coiffure de Mr Salvador, le père de Bénie, Antoine et ? 

idem 2008 471

En 2008 à Santa Cruz, avec le groupe du FCO de notre ami Ernest Tomas.

idem 2008 410

Face droite en entrant dans la cour de l'école de Montplaisant, il me semble que c'était là la cantine !

Hommages au créateur de la Clémentine 100

Fresque face à l'entrée du domaine agricole de Misserghin près d'Oran en hommage au père Clément (Clémentine). 

entrée de tata et Salvador 2008 377

Anciennement le salon de coiffure de Mr Salvador et l'entrée de son immeuble, où demeurait aussi ma tante Jeannette et toute sa grande famille.

cour tata Jeannette 2008 119

Cour du n° 20 de la rue Safrané, où nous découvons la porte de gauche aux rideaux vert en blanc, où habitait ma tante Jeannette. La porte de droite près des récipients bleus, était l'entrée de l'appartement de Josette ma cousine et son mari Pierrot. 

cour tata jeannette 2008 116

 

 

 

Coiffeur Salvador 2008 121

                     Anciennement le Salon de coiffure de Mr Salvador.

C158 Nouvelle route Voie ferree

Nouvelle route qui longe la voie ferrée (on la voit encore), qui part de St Charles et aboutit à Gambetta. Vers l'ancien passage à niveau qui nous menait à l'école de Montplaisant, il a été construit à la place une passerelle qui surplombe ces 2 voies. Il n'y a plus d'escaliers et passage à niveau.

A. dieuzaide vers toni 2008 363

Anciennement l'épicerie de Toni en face de la pharmacie, là où nous trouvions la meilleure langanisse. J'ai dû en manger des palettes ! Le temps béni où nous mangions la meilleure charcuterie espagnole. 

16 rue A.dieuzaide 2008 086

Devant ces ruires de gauche se trouvait mon immeuble, côte à côte (à droite) avec celui de l'épicerie Sebban, 2008. 

Bénie

Rang du haut, la 5ème en partant de la gauche, Bénie,une voisine d'ORAN, le seul mirage de mon adolescence et la muse de mes poèmes.

hotel eden palace

Vue depuis le Palace Hôtel de Mers-El-Kébir, 1er voyage en 2007. Nous apercevons la montagne de Santa Cruz à droite et la montagne des lions (il n'y a plus de lion depuis bien longtemps) à gauche entourant ORAN. 

 

Repost 0
Published by Lougarri - dans Acceuil
commenter cet article
28 octobre 2011 5 28 /10 /octobre /2011 16:40

   

__Vends Toupies bois neuves comme là bas 

    5 €  +  (4 € de frais d'envoi)  

__VENDS KIT DU PARFAIT P'titORANAIS 

Comprenant :

1 Toupie bois neuve 70x45 avec sa ficelle, comme là bas

2 Pitchacs (en cahoutchouc),

8 Pignols + 3 carrés,

3 Platicos (de tour de France), comme là bas

3 Cartelettes "le Jockey rouge",

5 Osselets métalliques

Prix du Kit = 18 € frais d'envoi compris rendu France   

Remise pour plusieurs kits...!

Tél: 06.03.78.14.92 (24/24 h) ou louis.garrigos@neuf.fr  

 AUSSI : Stand pour l'ascension, chaque année à la fête de la vierge de Santa Cruz à Nîmes, je serai dans le hall des créateurs à partir de l'ouverture, mon stand se situe à l'entrée "des toilettes". Je me ferai un plaisir de vous accueillir pour vous dédicacer mon autobiographie (L'Adolescent ocreux de l'Oranie 233 pages 14 €) ou la biographie de (HAMANI d'ORAN, "ou sa mémoire comme un coup de sirocco" 360 pages 18 €)   

 

 

 

 

 

 

 

                             Louis GARRIGOS

          Auteur, Autobiographe, Poète Autoédité, Parolier,

                                   Adhérent à la SACEM

  38 Bis, Rue Joseph DESBOIS, 69330, MEYZIEU, FRANCE

 louis.garrigos@neuf.fr  ou  06.03.78.14.92 (24/24 h)  

Ma BIOGRAPHIE  

 

Je suis né le 1er Octobre 1943 (le jour de la rentrée des classes vers l’oued Témaznia, près de Palikao, Mascara (Algérie) chez CHEVASSUS et COUTANCE, de parents ouvriers agricoles. Ma famille immigre une première fois pour s’installer à Oran lorsque j’ai quatre ans. Là, installé au quartier de Bel-Air dans un deux pièces (ancienne petite cave) 16 rue Amédée Dieuzaide, je vais suivre de difficiles études primaires, études que j’ai rejetées sans cesse pour privilégier l’expérience et la culture de la rue. Pourtant, dès la fin de ces études, à 14 ans, alors que je viens de décrocher mon CEP (dû à mon âge ancestral), je débute d’une façon des plus sérieuses une longue carrière uniquement au service de la viniculture. A ORAN d’abord, simple employé à tout faire chez 2 courtiers en vins (Eugène Bollard 1an et  Christian Roussel 1an). Ensuite chez un Négociant/Exportateur (CVMA, 30 mois) Rue Joseph Oliva à Eckmühl, je vais apprendre le métier du laboratoire et passer plus de 42 années dans ce secteur d’activité. Je rejoins la Métropole en Août 1962 avec ma mère et ma belle-sœur, embarqués sur un des plus petits rafiots, le « Sidi OKBA », avec quelques ballots de vieux linges, alors que mes 19 ans n’ont pas encore sonnés, mon père nous rejoindra en Métropole quelques jours plus tard. Exerçant à Villeurbanne, Agent de maîtrise, Technicien de laboratoire, dégustations, coupages et responsable des approvisionnements liquides chez Faragui, responsable en gestion et approvisionnements des stocks produits finis à la SVF/CASTEL. Initialement, j’ai appris le métier du vin au côté d’un exceptionnel

personnage, Œnologue/Ingénieur Agronome portant un nom

prédestiné, Mr Maurice JOLLIOT. Un être d’une patience angélique et d’une technicité hors paire dont je tiens à lui rendre un hommage.   

Pourtant, si mes études furent des plus compliquées, c’est à 38 ans que ma sensibilité va m’être dévoilée lorsque je découvre lors d’un reportage à la télévision, le summum des affres de la civilisation. Des images d’enfants abandonnés, drogués et violés à Bogota, seront le détonateur de mon futur dans la littérature. J’écris alors en 1981, mon premier poème (acide) « Les enfants de Bogota » édité dans mon 1er recueil de poésies. Ainsi, le ver dans le fruit, ce premier texte bien ancré dans mon esprit, j’emmagasine dans mon cœur sans plus rien écrire pendant de trop longues années, sur tous les sujets, sur tous les personnages et évènements importants de notre ère.

 

Libéré de mon activité professionnelle en 2003, j’édite en 2004 mon 1er recueil de poésies illustrées « L’humanité au bout d’une plume » consacré à mes coups de cœur. Suivra un an plus tard « La poésie est l’Arc en ciel du cœur », toujours avec des illustrations. Enfin en 2007, après un voyage dans mes souvenirs de jeunesse, durant 2 années de labeur, je propose enfin une autobiographie de 233 pages, éditée par mes soins « L’ADOLESCENT ocreux DE L’ORANIE ». Ce seront des récits du quotidien de mon enfance, depuis ma naissance jusqu’à l’indépendance de l’Algérie. Ce livre est préfacé par Mme Mick MICHEYL et a obtenu le 1er Prix 2006 du récit biographique lors d’un grand prix international littéraire, pour son 1er paragraphe *L'UNIVERS DES SENS*.

Enfin, en Mars 2011, j’édite mon 3ème recueil de poésies « Les sillons de l’espoir », toujours illustrées, en mémoire de mes parents ouvriers agricoles. J'ai édité en 2013, un ouvrage (Hamani d’ORÁN, ou, sa mémoire comme un coup de sirocco) sous forme d’entretien, consacré à homme atypique, un Algérien de 82 ans. Un personnage d’une sensibilité exacerbée, privilège de sa richesse mémorielle acquise de son passé aux côtés de ses amis (dixit) les pieds noirs, aussi de l’héritage éducatif de ses aïeux, au cœur des premiers quartiers de la Calère/Marine d’Oran construits par les espagnols au XVI siècle. Il ne cessera jamais, jusqu’à la fin de ses jours, dit-il, de lutter contre le dispersement, tout manque de dynamisme et de discipline qui frappe son pays, l’Algérie, qu'il aura connu 27 années avant l'indépendance !  

 

Je vous invite donc à découvrir ci-dessous mes ouvrages et mes coordonnées, avec le ferme espoir, aussi le plaisir de partager et voyager avec vous au cœur de ma mémoire et de mes sentiments littéraires.

 

Louis GARRIGOS, 38 Bis Rue Joseph DESBOIS, 69330 MEYZIEU  

louis.garrigos@neuf.fr    /    06.03.78.14.92     (24 / 24 h)

   

Mon autobiographie a reçue un 1er Prix International de Récits Biographiques !

Préfacé par Madame Mick MICHEYL 

    __1er Prix International de recits biographiques 2006

    __2 ème Prix de poésie 2004 CENTRE CULTUREL EUROPEEN D'ABBEVILLE 2004

    __Prix Joseph CONRAD 2006 pour mon poème :

LE PARADIS BLEU DES MAMANS (Recueil : Les sillons de  l'espoir)

 

 

Bonne lecture !

Après mon autobiographie "L'ADOLESCENT ocreux de L'ORANIE", éditée en 2006, laquelle représente le 1er volet d'une trilogie de l'histoire au réel et au quotidien de l'Algérie (hors guerre), racontée par un pied noir *votre serviteur*, un 2ème volet de cette trilogie, dans le même style, vous est proposé dès à présent, mais cette fois, par un ami algérien de 82 ans demeurant à ORAN. Son livre qui déroule sa vie au quotidien suivant le même processus, c'est à dire des fais réels depuis sa naissance à ORAN jusqu'à aujourd'hui. Ce personnage hors du commun au caractère bien trempé, parlant parfaitement l'espagnol avant même la langue arabe, a gardé dans un coin de son coeur comme un héritage ses meilleures années d'adolescent jusqu'au delà de tout fondements de l'amitié.  

En projet, pour terminer ce canevas formé de trois volets, je vous proposerai à la suite de ce dernier, les récits de trois militaires du contingent lors de la guerre en Algérie. Pour garder volontairement le côté non conflictuel de mes écrits, j'ai demandé à ces acteurs du terrain de me conter leur vie au quotidien, aussi de me confier leurs impressions sans aucun jugement de leurs actions et de leurs supérieurs.

Dans ce blog vous trouverez principalement trois catégories de littératures, ainsi que les paroles de ma chanson :  

 - Autobiographie : (La mienne) :

 - Biographie, entretien (Celle de Hamani) :                      

 - Poèmes : (Les miens, 3 recueils)

*************************************************************

  TOUSSAINT

 Lorsque les chrysanthèmes fleurissent sur les tombes 
 Et que les bonnes gens honorent leurs défunts 
 Du lever du soleil jusqu’à c’que la nuit tombe 
 Me reviennent en mon âme odeurs et parfums 
 De mon pays, la bas ou je ne pourrais pas 
 Un bouquet à la main, une prière sur les lèvres 
 Rendre hommage à mes morts, non je ne pourrai pas 
 Alors monte en moi la rage et puis la fièvre. 
 Sous une humble photo, maigre consolation 
 J’allume une veilleuse et la petite flamme 
 Permet vers vous mes morts toute ma dévotion 
 Ma tristesse, ma peine et c’est la mort dans l’âme 
 Que mon esprit s’en va, vers les marbres ternis 
 De ce havre de paix qu’était Tamasouet 
 Où désormais, hélas, il ne m’est plus permis 
 De prier mes défunts sous le chant des mouettes. 
 Les larmes qui circulent sur les rides de mes joues 
 Me disent que peut être mon tour d’aller vers vous 
 N’est déjà plus très loin et qu’enfin finira 
 Cette séparation que des fous ont voulu 
   
 René Mancho (un ami) 

 

 

                                  

Repost 0
Published by OverBlog - dans Acceuil
commenter cet article

Présentation

  • : Oran Bel-Air
  • Oran Bel-Air
  • : Vous trouverez ici les livres de Louis Garrigos ainsi que ses activités d'auteur, poète, autobiographe et parolier.
  • Contact

Profil

  • Lougarri

Recherche

Archives

Pages

Liens